Catégories
Vie en circonscription

Solidarité envers les plus démunis

Solidarité envers les plus démunis

Ces dernières semaines, je suis allée à la rencontre des associations qui œuvrent au quotidien pour aider les familles les plus démunies. Epiceries solidaires, Restos du Cœur mais aussi CCAS : les divers organismes de ma circonscription aident en effet de nombreuses familles en leur offrant des aides alimentaires, des produits d’hygiènes, des produits pour les bébés, mais elles leur apportent également une oreille attentive et un contact humain chaleureux. Ces dernières semaines, je suis allée à la rencontre des associations qui œuvrent au quotidien pour aider ces familles.

 

Restos du Coeur
A l’occasion de la 36ème campagne des Restos du Cœur, je me suis rendue dans les centres de Hem, Croix et Lys-Lez-Lannoy afin de rencontrer et de remercier les nombreux bénévoles.
Avec la crise du Covid-19, il a fallu prévoir une réorganisation importante afin de pouvoir accueillir en toute sécurité les bénéficiaires. Je les félicite pour ce travail accompli et pour leur engagement solidaire envers des centaines de familles.

Centre Communal d’Action Social  
Le contexte économique de cette année 2020 amène de nombreuses familles à se tourner vers le Centre d’Action Communal d’Action Social de leurs villes. Elles y trouvent de l’aide, du soutien et des conseils. Bravo et merci aux équipes des différents CCAS de ma circonscription pour les efforts réalisés durant cette année 2020 particulière.

Epicerie Solidaire
Je suis également allée à la rencontre de l’épicerie solidaire de HEM (Association PACTE59). Ce fut l’occasion pour moi d’échanger longuement avec Dominique LECONTE, le président et fondateur de l’association et son équipe.
Ouverte en 2017, cette épicerie solidaire permet à plus de 140 familles de la ville de Hem de faire leurs courses à moindre coûts, mais leur offre également la possibilité de venir se faire couper les cheveux, s’acheter des vêtements ou encore de la décoration pour la maison

Je tiens à remercier chaleureusement toutes ces équipes pour leur travail, leur dévouement et pour l’aide indispensable qu’elles apportent aux plus démunis. 

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Vers le retour des permanences de médecine légale à Roubaix

Vers le retour des permanences de médecine légale à Roubaix   

Il est indispensable de maintenir une permanence de médecine légale sur notre territoire caractérisé tant par la densité géographique de notre bassin de vie que par des indices de précarité marqués.

Cette nécessité est partagée par l’ensemble des élus locaux depuis la fermeture du service en 2017. C’est un sujet sur lequel je me suis investie depuis le début de mon mandat en interpellant par courrier le Gouvernement et en échangeant avec Monsieur Morin, Directeur du Centre Hospitalier. Le point central est que l’accessibilité de ce service est essentielle pour la prise en charge des victimes de l’agglomération roubaisienne et notamment pour la lutte contre les violences faites aux femmes.

Une proposition a été faite le 19 novembre par l’Unité médico-judiciaire de Lille au cours d’une réunion en visio organisée par Johanna BUCHTER, Sous-Préfète pour Roubaix et réunissant une grande partie des acteurs de ce dossier :

– Maxime Morin, Directeur du Centre Hospitalier de Roubaix,
– le Professeur Valery Hedouin, chef de l’Institut Médico-Légal de Lille
– Quentin Bachelet, Commissaire Divisionnaire, Chef du Commissariat de Roubaix,
– Margaret Connell, Adjointe au Maire de Roubaix,
– Christian Belpaire, Directeur Sécurité de la Ville de Roubaix,
– Emilie Julien, Substitut de la Procureure de la République.

Le Centre hospitalier de Roubaix va pouvoir accueillir à titre expérimental, une permanence de médecine légale de 2 demi-journées par semaine à compter de mars 2021.

Alors que les services de l’UMJ de Lille fonctionnent déjà sous tension en raison d’effectifs et de moyens contraints, j’ai sollicité le soutien du Gouvernement auprès de Madame Elisabeth MORENO, Ministre déléguée en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalisation des chances lors de sa visite du Tribunal judiciaire de Lille. Nous devons assurer un cadre pérenne à ce dispositif.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Confinement II : ce qu’il faut savoir

CONFINEMENT II : CE QU'IL FAUT SAVOIR

Mardi 24 novembre, face à “lente décrue” de l’épidémie de Covid-19le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé un plan d’allégement du confinement, ainsi que des nouvelles mesures de soutien économique.

Retrouvez les informations mises à jour et les attestations à télécharger sur le site du Gouvernement.
 
Les nouvelles mesures mises en place sont les suivantes :
 
Education :

Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts avec un protocole sanitaire renforcé dont le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans.
La prise en charge périscolaire (garderie, centres aérés) est également maintenue.
Les formations et concours font aussi l’objet de dérogation.
Concernant l’enseignement supérieur, l’ensemble des cours magistraux et travaux dirigés restent pour le moment en distanciel sauf exception pour certains travaux pratiques. A partir du 3 Février, les universités pourraient rouvrir si les chiffres de l’épidémie continuent de baisser.

Personnes âgées :
Afin de lutter contre la solitude des ainés les visites en EHPAD et en maison de retraite sont autorisées pendant le confinement dans le strict respect des mesures barrières.
 
Travail :
Le télétravail reste obligatoire à 100 % partout où il est possible.
Cependant, contrairement au confinement de mars le secteur du bâtiment et des travaux publics ainsi que les usines et les exploitations agricoles peuvent poursuivre leur activité.
Les bureaux de poste et les guichets de service publics restent également ouverts.
 

Commerces de proximité :
Dès ce samedi 28 Novembre matin, les commerces vont pouvoir rouvrir dans le cadre d’un protocole sanitaire strict et jusqu’à 21 heures au plus tard. Cela concerne également les bibliothèques, les disquaires et les archives.
En revanche, et puisqu’il s’agit malgré tout d’un confinement, le système des attestations obligatoires de sortie restera en vigueur.

Tous les établissements qui resteront fermés administrativement (on pense notamment aux restaurants, bars, discothèques, salles de sport…) se verront verser 20% du chiffre d’affaires de l’année 2019, si cette option est préférable pour eux aux 10 000 euros du fonds de solidarité déjà annoncés, a promis le président.

Sorties, activités physiques et offices religieux :

Les déplacements pour motifs de promenade ou activité physique en extérieur seront désormais permis dans un rayon de 20 km autour du lieu de confinement, et pour trois heures.

Par ailleurs, les activités extra-scolaires seront de nouveau autorisées, tout comme les offices religieux, qui seront néanmoins limités à 30 personnes.

Evénements familiaux : 
A partir du 15 Décembre et si les si le nombre de nouvelles contaminations journalières reste inférieur à 5 000, et si le nombre de personnes en réanimation pour Covid-19 est compris entre 2 500 et 3 000, “le confinement pourra être levé, et nous pourrons de nouveau nous déplacer sans attestation, y compris entre régions, et passer Noël en famille”, a promis Emmanuel Macron.

Un couvre-feu sera en vigueur sur l’ensemble du territoire entre 21 heures et 7 heures du matin, sauf les soirs des 24 décembre et 31
décembre.


 
Prenez soin de vous !
Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Hommage à Samuel Paty à Hem

Hommage à Samuel Paty au collègue Raymond Devos de Hem

Lundi 2 novembre, jour de rentrée scolaire, je me suis rendue au collège Raymond Devos de Hem pour participer à l’hommage national rendu à Monsieur Samuel Paty.
 
Merci à Madame Annick Deturck, Principale du collège, d’organisé cette émouvante cérémonie en union avec les 12 millions d’élèves de France et pour sa lecture de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs.
 
Un grand merci aux élèves qui avec dignité ont participé à cet hommage et à la minute de silence. Ils ont fait honneur à la devise de notre République : Liberté, Egalité, Fraternité.
 
J’ai une pensée pour tous nos professeurs et personnels éducatifs qui enseignent à nos enfants la liberté d’expression et la laïcité, deux valeurs fondamentales de notre République. 

"Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants ; vous êtes responsables de la patrie. Les enfants qui vous sont confiés n’auront pas seulement à écrire et à déchiffrer une lettre, à lire une enseigne au coin d’une rue, à faire une addition et une multiplication. Ils sont Français et ils doivent connaître la France, sa géographie et son histoire : son corps et son âme. Ils seront citoyens et ils doivent savoir ce qu’est une démocratie libre, quels droits leur confère, quels devoirs leur impose la souveraineté de la nation. Enfin ils seront hommes, et il faut qu’ils aient une idée de l’homme, il faut qu’ils sachent quelle est la racine de toutes nos misères : l’égoïsme aux formes multiples ; quel est le principe de notre grandeur : la fierté unie à la tendresse."

Extrait de la lettre de Jean Jaurès aux instituteurs, 1888.
Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Visite du lycée professionnel

Visite du lycée professionnel Jacques yves cousteau (fête de la science)

Aux côtés de la rectrice de l’académie Valérie Cabuil, j’ai eu l’occasion de visiter le lycée professionnel de Wasquehal Jacques Yves Cousteau.

Le lycée est spécialisé en chimie, agroalimentaire, pharmacie et entreprises de propreté et de stérilisation. Merci aux professeurs qui ont pris le temps de nous expliquer la démarche de formation et également à quel point ces secteurs recrutaient dans notre région.

La fête de la science cette année offrait la possibilité aux lycéens de discuter avec des chercheurs du CNRS avec des ateliers de recherche. Dans ce lycée, les élèves ont pu échanger sur le thème « Que boit-on quand on boit la tasse ? ».
Ravie d’avoir revu Philippe Colmant proviseur du lycée professionnel avec qui nous avons travaillé lorsqu’il était au collège Boris Vian à Croix.
Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Plan de relance

Plan de relance

table ronde et questions à Bruno Le Maire, Ministre de l’économie, des finances et de la relance

Jeudi 3 septembre, Jean Castex, Premier ministre a présenté le plan de relance du Gouvernement pour redresser l’économie française et créer de nouveaux emplois dans le contexte de crise sanitaire lié au Covid-19. Avec une enveloppe totale de 100 milliards d’euros, ce plan veut s’articuler autour de 3 priorités : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Il trouvera en grande partie sa mise en œuvre dans le projet de loi de finances pour 2021.

Suite à ces annonces, les commissions jointes des finances, des affaires sociales et de l’économie de l’Assemblée nationale ont auditionné Bruno Le Maire et Olivier Dussopt. Lors de mon intervention (2 minutes seulement) j’ai tenu à rappeler l’importance de renouer avec la confiance dans notre pays par des mesures concrètes et une stratégie de long terme adaptée à nos territoires. Les acteurs économiques notamment ont besoin d’un cap qui ne soit pas altéré à chaque loi de finance !

J’ai également évoqué la proposition du groupe UDI de transformer les PGE en obligations « Relance Covid » financées par l’épargne populaire et contre garanties par l’Etat. Les entreprises verraient leur PGE transformé en quasi-fond propre, remboursable sur 15 ou 20 ans et les épargnants qui pourraient racheter ces obligations à des taux d’intérêts bien plus rémunérateurs que le Livret A. Monsieur le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance m’a répondu que l’Etat mettrait en place des obligations convertibles et des prêts participatifs par BPI France.

Lors de la table ronde organisée autour du ministre vendredi 4 septembre en préfecture de Lille avec de nombreux acteurs économiques et chefs d’entreprise, j’ai également tenu à rappeler cette proposition et à exprimer l’importance d’articuler les mesures gouvernementales avec le plan de relance régional annoncé par Xavier Bertrand.

Relocalisation des productions, soutien aux entreprises, investissement dans les infrastructures de transport, formation des jeunes, développement des technologies vertes : ces objectifs doivent être accessibles au plus près des territoires, des élus locaux, des entrepreneurs et des acteurs associatifs qui sont prêts à s’engager pour réussir cette relance.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Protoxyde d’azote

Bienvenue

Protoxyde d’azote

il est urgent de légiférer

Alertée par l’explosion du phénomène de l’usage détourné du protoxyde d’azote, aussi appelé « gaz hilarant » ou « proto » et les risques pour la santé qu’il entraine, j’ai souhaité m’investir pleinement sur le sujet. En effet, les cartouches grises qui contiennent ce gaz et servent dans leur usage courant de recharge pour siphons à chantilly jonchent actuellement l’espace public et sont autant de témoins d’une consommation d’ampleur notamment chez les jeunes.
Le mode opératoire est simple : les cartouches de gaz normalement destinées aux siphons à chantilly, vendues en grande surface ou dans les petits commerces par boîtes de dix à environ un euro pièce, sont ouvertes à l’aide d’un petit ustensile et leur contenu propulsé dans un ballon de baudruche avant d’être inhalé au rythme de la respiration. La durée des effets n’excédant pas quelques minutes, la consommation devient parfois frénétique.

Les conséquences sanitaires sont nombreuses et graves. D’abord, c’est un gaz froid, qui doit être manipulé avec prudence. Le contact avec la peau dès la sortie de son contenant peut provoquer des brûlures aux lèvres, au nez ou aux mains. C’est pourquoi son utilisation se fait généralement à l’aide de ballons de baudruche. Ensuite, même inhalé avec précaution, il produit des effets qui ne sont pas sans danger pour les personnes qui s’y essaient: euphorie semblable à l’ivresse, distorsion visuelle et auditive, sensation de dissociation, désinhibition, état de flottement, vertiges. En consommation chronique, le protoxyde d’azote interfère dans le métabolisme de la vitamine B12, indispensable au bon entretien de la gaine de myéline qui protège les nerfs. Le déficit de cette vitamine entraîné par l’excès de protoxyde d’azote provoque des affections neurologiques graves, potentiellement irréversibles.

Ce sont les maires qui ont, les premiers, sonné l’alerte, en prenant des arrêtés nécessaires pour rétablir l’ordre public sur le territoire de leur commune. Ces armes ont toutefois des limites : territorialisées, donc contournables, d’une applicabilité qui dépend des effectifs disponibles de la force publique et de sa capacité à qualifier l’usage d’un produit qui reste de consommation courante, parfois fragiles juridiquement, les arrêtés municipaux ne sauraient suffire à juguler le phénomène.

Pour le combattre, d’autres pays ont fait le choix de légiférer, et de viser précisément le protoxyde d’azote dans leur législation, en complément d’une politique de prévention solide. C’est ainsi l’objet de la proposition de loi de Valérie Létard adoptée à l’unanimité au Sénat en décembre dernier et qu’il est urgent d’examiner à l’Assemblée nationale.

Cette urgence a notamment fait l’objet de ma première question d’actualité au Gouvernement posée le mardi 30 juin à Olivier Véran, Ministre des solidarités et de la santé et m’a encouragé à rédiger une tribune cosignée par une cinquantaine de députés de tous bords politiques afin de rappeler au Gouvernement l’urgence d’inscrire à l’agenda de l’Assemblée nationale l’examen de la proposition de loi Valérie Létard adoptée à l’unanimité au Sénat en décembre dernier.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Rencontre avec la FEHAP

Rencontre des professionnels de santé du territoire

Jeudi 16 juillet et dans le cadre des auditions des différents acteurs du secteur de la santé, j’ai eu le plaisir de rencontrer Laurent Delaby, Directeur général du GHICL (Groupement des Hôpitaux de l’Institut catholique de Lille). Le GHICL regroupe les notamment les hôpitaux Saint Vincent de Paul à Lille, Saint Philibert à Lomme et la clinique Sainte Marie à Cambrai, établissements de santé privés à but non lucratif. Il est le seul groupe hospitalo-universitaire privé en France.

Nous avons ainsi pu longuement discuter sur les leçons à tirer de la crise sanitaire traversées, sur la place de l’hôpital et notamment de l’hôpital privé dans l’actuel organisation du système de santé, sur la pertinence des modes de financement, sur l’impératif d’alléger le carcan règlementaire ou encore sur les nécessités de territorialiser les décisions.

Ces échanges sont pour moi une source très enrichissante d’informations en amont des discussions à venir lors du prochain PLFSS (Projet de loi de financement de la sécurité sociale) et pour les réformes attendues en conclusion du Ségur de la santé.

Ils ont également conforté ma position quant à la nécessaire convergence entre établissements publics et privés, l’ouverture des missions de service public aux hôpitaux privés en contrepartie d’un accès généralisé ainsi qu’au plan d’accélération de la conversion de certains hôpitaux publics en établissements privés à but non lucratif. Ces propositions font par ailleurs partie de la contribution de l’UDI pour le Ségur de la Santé.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Rencontre au Vélodrome de Roubaix

Rencontre au Vélodrome de Roubaix avec L’APELS (Agence pour l'Éducation par le Sport)

L’Agence pour l’Éducation par le Sport a organisé un évènement au Vélodrome de Roubaix : l’ « Équipe de France Espoir », avec comme partenaire l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF)

L’objectif de cette journée était d’insérer 60 jeunes dans l’emploi. Plusieurs activités étaient au programme, activités sportives, encadrées par des éducateurs de haut niveau mais aussi des échanges avec des entreprises locales, les centres sociaux de la ville, Pôle emploi et les missions locales. Ces échanges permettaient d’identifier les qualités et compétences des jeunes par leurs actions durant l’activité sportive.

Nous avons pu discuter avec Jean-Philippe Acensi, le président fondateur de l’APPELS sur l’importance d’organiser cet évènement à Roubaix où de nombreux jeunes sont sans emploi.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager
Catégories
Vie en circonscription

Visite ministérielle à HEM

Rencontre au Vélodrome de Roubaix avec L’APELS (Agence pour l'Éducation par le Sport)

Cet après-midi, avec Emmanuelle WARGON, Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire et Francis VERCAMER, Maire de Hem, nous avons visité une maison ayant bénéficié des aides à la transition énergétique: aides de l’ANAH (Agence nationale pour l’habitat) et de la commune.

La rénovation énergétique est un enjeu central pour la relance et la transition écologique. Elle concerne tout le monde: particuliers en logements individuels ou collectifs, professionnels, collectivités locales… On identifie pas moins de 5 millions de “passoires énergétiques” en France. Cependant, les aides à la rénovation sont malheureusement encore trop peu connues, ne prennent pas encore réellement en compte les besoins de rénovation globale et elles nécessitent parfois une avance de frais trop importante pour des personnes qui cumulent des problèmes liés au logement et des difficultés d’ordre sociales et économiques.

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager
Partager sur linkedin
Partager